Qu’est-ce que l’anthropophobie ?

L’anthropophobie, parfois aussi appelée anthropophobie, est définie comme la peur des gens. “Anthro” signifie peuple et “phobie” signifie peur. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un trouble clinique explicite dans la cinquième édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5), il peut être considéré comme une phobie spécifique.

Des aspects de cette phobie peuvent être observés dans une variété d’autres troubles cliniquement reconnus. Il a été associé au taijin kyofusho en particulier, qui est dans le DSM-5. Taijin kyofusho est un concept de détresse culturellement spécifique qui a été observé au Japon et en Corée. Il s’agit de la peur des relations interpersonnelles, en particulier celle d’offenser les autres.

Lien avec le trouble d’anxiété sociale (phobie sociale)

Bien que l’anthropophobie puisse faire partie du trouble d’anxiété sociale, les deux ne sont pas les mêmes. Le trouble d’anxiété sociale implique une anxiété intense dans une situation sociale. Cela peut s’appliquer au fait d’être à une fête ou à un rendez-vous, ou même d’interagir avec un caissier ou un employé dans un magasin.

Une personne souffrant d’anxiété sociale ressent une peur incontrôlable d’être jugée ou rejetée par d’autres personnes. Ils finissent souvent par éviter complètement les situations sociales, quand ils le peuvent.

Cependant, en théorie, l’anthropophobie pourrait inclure des symptômes non liés à l’interaction sociale.

Quelle en est la cause ?

Les causes d’une phobie ne sont pas toujours claires. Cela peut dépendre de la personne et des expériences passées. Parfois, il n’y a pas de cause claire du tout. Parmi les facteurs possibles, mentionnons les suivants :

  • des événements négatifs ou des expériences avec une certaine chose ou une certaine personne
  • génétique
  • milieu
  • comportements appris
  • changements dans le fonctionnement du cerveau

Quels sont les symptômes ?

Parce que l’anthropophobie n’est pas un état clinique, il n’y a pas de symptômes cliniques spécifiques. Cependant, il peut être considéré dans la classification DSM-5 de la “phobie spécifique non spécifiée autrement”. Les critères pour ce désordre incluent :

  1. Anxiété ou peur majeure au sujet d’une certaine situation ou d’une certaine chose (dans ce cas-ci, une personne ou un peuple).
  2. La situation cause presque toujours de l’anxiété ou de la peur.
  3. La situation ou la chose est évitée dans la mesure du possible.
  4. La réaction de peur est disproportionnée par rapport au danger réel que la situation justifie.
  5. L’anxiété dure six mois ou plus.
  6. L’anxiété cause une détresse notable ou entrave le fonctionnement quotidien d’une façon ou d’une autre.
  7. Ces symptômes ne sont pas causés par un autre trouble ou condition médicale.

Si l’on considère ces critères, le dernier est particulièrement important. L’anthropophobie pourrait faire partie d’autres diagnostics cliniques. Il peut s’agir du syndrome de stress post-traumatique (SSPT), du trouble d’anxiété sociale ou d’un trouble délirant.

Voici quelques exemples :

  • Une personne rencontre quelqu’un de nouveau et est convaincue que cette personne veut lui faire du mal. Cela provoque la peur. Dans ce cas, un diagnostic de trouble délirant serait probablement envisagé plutôt qu’une anthropophobie.
  • Une personne évite ou craint une personne qui ressemble à quelqu’un qui l’a maltraitée. Ils peuvent présenter des symptômes de SSPT, et non d’anthropophobie.
  • Une personne évite d’aller à des fêtes ou à des événements sociaux par crainte d’être ridiculisée. Ils seraient probablement évalués pour le trouble d’anxiété sociale plutôt que pour l’anthropophobie.
  • Une personne reste à la maison tout le temps parce qu’elle a peur d’avoir une crise de panique dans un endroit public, et donc d’être embarrassée. Ils pourraient recevoir un diagnostic d’agoraphobie, car leur peur n’est pas spécifique aux gens en général.
  • Quelqu’un a une tendance persistante et durable d’une sensibilité extrême au rejet. Ils préfèrent donc l’isolement social. Ils pourraient recevoir un diagnostic de trouble de la personnalité évitant, et non d’anthropophobie. C’est parce qu’ils n’ont pas peur, en soi, des gens.

Le défi du diagnostic

Quelqu’un peut avoir une anthropophobie autoproclamée. Mais s’il s’agit d’une affection différente, c’est un professionnel de la santé qui devrait faire cette distinction et poser ce diagnostic. Pour ce faire, ils utiliseraient les critères du DSM-5 :

  • parler avec l’individu
  • l’observation des comportements
  • au besoin, procéder à un examen médical
  • au besoin, vérifier les rapports d’autres professionnels ou particuliers

Il n’y a pas de test à domicile pour une phobie. Bien qu’il puisse y avoir des tests ou des sondages en ligne, ceux-ci ne doivent pas être considérés comme des conseils médicaux. Ils ne remplacent pas l’évaluation et le diagnostic par un professionnel qualifié.

Options de traitement

Il n’y a pas de traitement spécifique à l’anthropophobie. Cependant, il existe des traitements pour les phobies et les troubles anxieux. Le traitement particulier peut varier en fonction de la phobie spécifique, de l’individu et de la gravité de la phobie. Les types courants de traitement comprennent différents types de thérapie, d’entraînement à la relaxation et de médicaments.

La thérapie peut être utile pour les phobies, surtout lorsqu’elle est utilisée avec d’autres traitements. En plus de la thérapie traditionnelle par la parole, les thérapies couramment utilisées pour les phobies et les troubles anxieux sont la thérapie d’exposition et la thérapie cognitive.

La thérapie d’exposition expose de façon répétée, parfois graduelle, une personne à un objet ou à une situation qu’elle craint. Ceci est fait jusqu’à ce que la réaction de peur ne se produise plus. Cela peut se faire par l’exposition imaginaire (l’imaginer) ou in vivo (la vie réelle).

La thérapie cognitive consiste à identifier les pensées anxieuses ou craintives et à les remplacer par des pensées plus rationnelles. Selon le Center for the Treatment and Study of Anxiety de l’Université de Pennsylvanie, il n’est généralement pas utile pour les personnes souffrant de phobies spécifiques. C’est parce qu’ils réalisent généralement que leurs craintes sont injustifiées.

L’entraînement de relaxation peut être utile pour les personnes anxieuses, en particulier pour celles qui ont des phobies spécifiques. Il peut s’agir notamment de :

  • imagerie guidée
  • exercices respiratoires
  • hypnose
  • faire de l’exercice

Ce traitement peut aider avec les réactions physiques et émotionnelles aux phobies. Elle peut aussi aider la personne à développer des habiletés d’adaptation pour changer ou réorienter sa réaction au stress.

La médication peut être une option pour les personnes vivant avec l’anxiété ou une phobie spécifique. Par exemple, si quelqu’un a peur de prendre l’avion ou de parler en public, des anxiolytiques ou un bêta-bloquant pourraient lui être utiles.

Il se peut que les médicaments ne soient pas appropriés – ou sûrs – pour tout le monde. Parler avec votre médecin est particulièrement important lorsqu’il s’agit de chercher un traitement pour votre phobie.

Conseils de gestion

Vivre avec l’anthropophobie ou une condition qui inclut cette phobie peut être difficile. Mais il y a des choses que vous pouvez faire pour soulager les symptômes.

Tu n’as pas à faire face à ta phobie tout seul. Parlez-en à votre médecin ou à un conseiller. Ils peuvent aider avec le traitement et fournir du soutien. Un ami ou un membre de la famille en qui vous avez confiance peut également vous être utile, bien qu’il ne remplace pas une aide professionnelle.

Un mode de vie sain peut vous aider à vous sentir mieux dans l’ensemble. Cela peut même aider à soulager certains symptômes d’anxiété associés aux phobies.

La déshydratation peut affecter l’humeur, alors buvez beaucoup d’eau et surveillez votre consommation d’alcool. Bien que l’alcool puisse avoir un effet calmant au début, il peut perturber le sommeil, vous laissant sans repos.

La caféine peut contribuer à créer une sensation de nervosité et d’anxiété. Certaines personnes pourraient trouver utile de limiter leur consommation.

D’autres choses qui peuvent aider à inclure :

  • dormir suffisamment
  • faire de l’exercice régulièrement, même s’il ne s’agit que d’une promenade quotidienne
  • éviter l’isolement social