manger plus de champignons peut réduire le risque de cancer – selon une étude

manger-plus-de-champignons-peut-réduire-le-risque-de-cancer

La prochaine fois que vous préparerez une salade, vous pourriez envisager d’y ajouter des champignons. C’est parce qu’une consommation plus élevée de champignons est associée à un risque plus faible de cancer, selon une nouvelle étude de Penn State, publiée le 16 mars dans Advances in Nutrition.

L’examen systématique et la méta-analyse ont porté sur 17 études sur le cancer publiées entre 1966 et 2020. En analysant les données de plus de 19 500 patients atteints de cancer, les chercheurs ont exploré la relation entre la consommation de champignons et le risque de cancer.

Les champignons sont riches en vitamines, en nutriments et en antioxydants. Les résultats de l’équipe montrent que ces super aliments peuvent également aider à se prémunir contre le cancer. Même si les shiitakes, les pleurotes, les maitakes et les pleurotes royaux contiennent des quantités plus élevées d’ergothionéine, un acide aminé, que les champignons de Paris, les creminis et les portabellos, les chercheurs ont constaté que les personnes qui intégraient toutes sortes de champignons dans leur alimentation quotidienne présentaient un risque plus faible de cancer. D’après les résultats, les personnes qui mangeaient 18 grammes de champignons – soit environ 1/8 à 1/4 de tasse – par jour présentaient un risque de cancer inférieur de 45 % à celui des personnes qui ne mangeaient pas de champignons.

“Les champignons sont la source alimentaire la plus élevée d’ergothionéine, qui est un antioxydant unique et puissant et un protecteur cellulaire”, a déclaré Djibril M. Ba, étudiant diplômé en épidémiologie au Penn State College of Medicine. “Le fait de reconstituer les antioxydants dans l’organisme peut contribuer à protéger contre le stress oxydatif et à réduire le risque de cancer.”

Lorsque des cancers spécifiques ont été examinés, les chercheurs ont noté les associations les plus fortes pour le cancer du sein, car les personnes qui mangeaient régulièrement des champignons avaient un risque significativement plus faible de cancer du sein. Ba a expliqué que cela pouvait être dû au fait que la plupart des études n’incluaient pas d’autres formes de cancer. À l’avenir, cette recherche pourrait être utile pour explorer davantage les effets protecteurs des champignons et contribuer à établir des régimes alimentaires plus sains qui préviennent le cancer.

“Dans l’ensemble, ces résultats fournissent des preuves importantes des effets protecteurs des champignons contre le cancer”, a déclaré le coauteur John Richie, chercheur au Penn State Cancer Institute et professeur de sciences de la santé publique et de pharmacologie. “De futures études sont nécessaires pour mieux cerner les mécanismes impliqués et les cancers spécifiques qui peuvent être impactés.”

Paddy Ssentongo, Joshua Muscat, Robert Beelman et Xiang Gao de Penn State ont également contribué à cette recherche. Les chercheurs ne déclarent aucun conflit d’intérêt ni aucun soutien financier spécifique.

Retour haut de page