L’asthme est l’une des maladies chroniques les plus courantes aux États-Unis. Elle se manifeste habituellement par des symptômes distincts, notamment une respiration sifflante et une toux.

Parfois, l’asthme se présente sous une forme appelée asthme variante de la toux (AVC), qui ne présente pas les symptômes typiques de l’asthme. Ci-dessous, nous détaillons les différences entre l’AVC et l’asthme chronique régulier.

Quels sont les symptômes de l’AVC ?

L’AVC n’est défini que par un seul symptôme : une toux chronique qui ne peut être expliquée par d’autres causes. Cette toux est habituellement sèche et dure au moins six à huit semaines. Il n’inclut pas certains des autres symptômes qui définissent l’asthme, tels que :

  • constriction thoracique
  • respiration sifflante à l’expiration
  • essoufflement
  • liquide dans les poumons
  • toux avec mucosités ou mucosités
  • difficulté à dormir en raison de l’un ou l’autre des symptômes ci-dessus

Même si l’AVC ne présente pas d’autres symptômes que la toux, il cause souvent une inflammation accrue des voies respiratoires. Il est donc très important de bien gérer l’AVC.

Si elle n’est pas traitée, l’AVC peut évoluer vers un asthme chronique plus grave. A étude récente “30 à 40 % des patients adultes atteints d’AVC, s’ils ne sont pas correctement traités, peuvent évoluer vers l’asthme classique.” Une autre étude a indiqué que l’AVC est l’une des causes les plus courantes de toux dans le monde.

Un autre étude du Japon a noté que chez 42 pour cent des personnes, une toux inexpliquée et persistante était attribuée à l’AVC. Environ 28 % pourraient s’expliquer par l’asthme à prédominance toux, qui est étroitement lié à l’AVC. Une toux persistante peut aussi indiquer d’autres affections comme le goutte-à-goutte postnasal et le RGO.

Quelles sont les causes de l’AVC ?

Tout comme pour l’asthme chronique standard, les scientifiques ne savent pas ce qui cause l’AVC. L’une des raisons possibles est que les allergènes comme le pollen peuvent causer la toux. Une autre est que les infections du système respiratoire peuvent déclencher des épisodes de toux.

Les scientifiques croient que l’AVC chez certaines personnes peut être associé à la prise de bêta-bloquants. Ces médicaments sont généralement utilisés pour traiter une variété de conditions qui incluent :

  • maladie du cœur
  • insuffisance cardiaque
  • migraines
  • hypertension
  • rythme cardiaque anormal

Les bêta-bloquants sont également présents dans les gouttes ophtalmiques utilisées pour traiter le glaucome. L’aspirine peut également contribuer à la toux associée à l’AVC.

Comment diagnostique-t-on l’AVC ?

Le diagnostic de l’AVC peut s’avérer difficile. Il n’a qu’un seul symptôme notable. Les personnes atteintes d’AVC peuvent aussi avoir des résultats normaux aux tests pulmonaires, comme la spirométrie, utilisés pour diagnostiquer l’asthme régulier.

Les médecins utilisent souvent le test de provocation à la méthacholine pour diagnostiquer l’AVC. Dans ce test, vous inhalez de la méthacholine sous la forme d’un brouillard d’aérosol lors de la spirométrie. Votre médecin surveille ensuite les voies respiratoires à mesure qu’elles se dilatent et se rétrécissent. Si votre fonction pulmonaire diminue d’au moins 20 % pendant le test, le médecin diagnostiquera l’asthme.

Le test de provocation à la méthacholine est souvent effectué dans un établissement spécial. Si un médecin soupçonne un AVC, il peut commencer un traitement contre l’asthme sans diagnostic définitif. Si cela aide à gérer votre toux, cela peut confirmer l’AVC.

Comment traite-t-on l’AVC ?

L’AVC peut être traitée avec des traitements pour l’asthme chronique. Ces méthodes comprennent :

  • Corticostéroïdes inhalés (inhalateurs) : L’une des méthodes les plus importantes de traitement de l’AVC consiste à utiliser des corticostéroïdes en inhalation, aussi appelés inhalateurs. Ce médicament contrôle la toux, prévient l’apparition de la respiration sifflante et réduit l’obstruction des voies respiratoires chez les personnes atteintes d’AVC. Si vous souffrez d’AVC ou d’asthme chronique, il est préférable de prendre des inhalateurs quotidiennement, tel que prescrit. Le budésonide (Pulmicort) et la fluticasone (Flovent) en sont des exemples. Pour en savoir plus sur le corticostéroïde qui vous convient le mieux, consultez le site de Partners Healthcare Asthma Center.
  • Médicaments oraux : Les médecins complètent souvent les inhalateurs par des comprimés oraux appelés modificateurs leucotriéniques. Ils aident à soulager les symptômes de l’asthme pendant 24 heures. Le montélukast (Singulair) et le zileuton (Zyflo) en sont des exemples.
  • Bronchodilatateurs : Ces substances détendent les muscles qui se contractent autour des voies respiratoires, ce qui les amène à s’ouvrir. Ils peuvent agir à court ou à long terme. Les bronchodilatateurs à court terme, comme l’albutérol, sont utilisés pour soulager les symptômes d’asthme pendant une crise ou avant un exercice intense. Ils ne sont pas utilisés dans le traitement quotidien de l’asthme. Par contre, les bronchodilatateurs à long terme sont utilisés quotidiennement avec les stéroïdes inhalés pour traiter l’asthme chronique. Les bêta-2 agonistes sont un autre exemple de bronchodilatateurs et peuvent agir à court ou à long terme.
  • Nébulisateurs : Parfois, les médecins prescrivent un nébuliseur si d’autres médicaments ne sont pas efficaces pour vous. Les nébuliseurs pulvérisent automatiquement les médicaments dans une brume à travers un embout buccal. Cela permet aux poumons d’absorber facilement le médicament.

Qu’est-ce que c’est ?

L’AVC est une forme inhabituelle mais courante d’asthme. Elle peut être prise en charge comme l’asthme chronique régulier. Si vous avez une toux sèche persistante qui dure six semaines ou plus, consultez un spécialiste de l’asthme pour obtenir un diagnostic approprié.

Conseils pour la prise en charge de l’asthme

Il existe plusieurs façons de prévenir les crises d’asthme si vous avez un AVC :

  • Soyez cohérent avec vos médicaments. C’est peut-être la chose la plus importante que vous puissiez faire pour gérer votre asthme. La prise quotidienne de médicaments, comme les inhalateurs, est essentielle pour progresser. Si vous avez une crise de toux, il est également important de prendre des médicaments puissants à action rapide.
  • Éviter les allergènes. Certains allergènes peuvent déclencher ou aggraver les symptômes d’asthme. Il peut s’agir de la pollution de l’air, des fourrures d’animaux et des pollens présents dans l’air. A étude à partir de 2014 a indiqué que les allergènes, en particulier le pollen, pourraient augmenter l’inflammation dans les voies respiratoires des personnes atteintes d’AVC.
  • Modifiez votre mode de vie. Les humidificateurs peuvent améliorer l’humidité de l’air, ce qui est favorable pour les personnes souffrant d’asthme. Un analyse des recherches dans la revue Cochrane suggère que le yoga peut améliorer les symptômes de l’asthme. Cependant, d’autres essais sont nécessaires pour le confirmer.
  • Évitez de fumer. Le tabagisme déclenchera la toux si vous souffrez d’AVC, et d’autres symptômes si vous souffrez d’asthme chronique. Il augmentera également votre risque de souffrir d’autres affections pulmonaires et respiratoires.
  • Utilisez votre débitmètre de pointe. C’est une excellente façon de voir vos progrès dans le traitement de l’asthme et de savoir si vous devriez ou non consulter votre médecin pour un suivi.
  • Faites de l’exercice régulièrement. L’exercice améliore la circulation sanguine et la capacité pulmonaire, et réduit l’anxiété. De nombreuses personnes qui prennent les bons médicaments trouvent que l’exercice est une excellente façon de gérer leurs symptômes d’AVC.