Nous comprenons. Les détails du sang peuvent rendre tout le monde un peu timide, c’est pourquoi nous avons pensé qu’il serait utile d’essayer d’éclaircir quelques points concernant les menstruations.

Tu te souviens quand on nous a parlé de sexe, de cheveux, d’odeur et d’autres changements corporels qui annonçaient l’arrivée de la puberté ?

J’étais au collège quand la conversation s’est tournée vers les femmes et leurs cycles menstruels. D’une façon ou d’une autre, l’un des garçons de notre groupe pensait que les femmes avaient toujours leurs règles. Comme dans, on saignait pour toujours. Ouais, non, non.

Voici huit mythes que les gens ont besoin d’éclaircir – comme dans, oubliez.

Mythe 1 : Nous sommes toujours à ” cette période du mois “.

period myth

Tout d’abord, il est important de comprendre que le cycle menstruel d’une femme n’est pas le même que ses règles. Le temps réel qu’une femme saigne est connu comme menstruation, mais son cycle menstruel est tout le temps d’une période à l’autre.

Bien qu’il soit largement répandu que le cycle menstruel d’une femme dure 28 jours, ce n’est qu’un nombre moyen.

Certains cycles féminins sont beaucoup plus longs, de 29 à 35 jours, alors que d’autres peuvent être plus courts. Les situations comme les voyages, les fluctuations de poids, les émotions et les médicaments peuvent toutes avoir une incidence sur le moment des règles d’une femme.

Ainsi, les commentaires sur la façon dont les femmes sont “toujours à leur heure du mois” ne sont pas appréciés.

Chaque période est comme chaque femme – unique à l’individu.

Apprenez la différence entre le repérage et les règles.

Mythe 2 : La douleur d’un cycle menstruel est ” comme ” tout ce que vous avez vécu.

La douleur que nous ressentons pendant les règles est réelle. Il ne s’agit pas de maux de tête ou de coups dans les coins pointus. Certains d’entre nous doivent s’absenter du travail et se mettre au lit, en espérant que les crampes de pincement vont s’estomper parce que c’est si grave.

Cette condition a même un nom médical : la dysménorrhée.

En fait, environ 20 pour cent des femmes ont une dysménorrhée suffisamment grave pour nuire à leurs activités quotidiennes. Cette condition affecte notre capacité de concentration, nous rend plus anxieux et peut nous rendre carrément désagréables. Ce n’est pas non plus quelque chose que vous avez vécu auparavant.

Essayez ces remèdes maison pour les crampes menstruelles.

Mythe 3 : Il n’y a pas de mal à ignorer nos sentiments lorsque nous avons nos règles.

Il y a un changement physique très réel dans le corps d’une femme pendant ce temps. Dans les jours qui précèdent le début de la menstruation – lorsqu’une femme est “SPM” – ses taux d’œstrogènes chutent, tandis que ses taux de progestérone augmentent fortement.

L’œstrogène est lié à la sérotonine, “l’hormone du bonheur”, et la progestérone est liée à la partie du cerveau qui cause la peur, l’anxiété et la dépression. Les effets des hormones sur l’humeur sont compliqués et, bien que la progestérone puisse déprimer certaines émotions, elle a un effet équilibrant sur l’humeur.

Il peut être tentant de considérer les changements d’humeur apparemment radicaux comme des ” hormones seulement “, mais les changements d’humeur causés par les hormones sont toujours réels. Cela peut se produire sur une base plus mensuelle pour nous, mais cela n’invalide pas nos sentiments.

Mythe 4 : Les hormones définissent les femmes

Parlant d’hormones, les femmes sont accusées depuis longtemps d’être “hormonales”. Certains hommes ont même assimilé nos sentiments à de l’hystérie, comme s’il s’agissait d’une maladie, pour expliquer le comportement féminin, mais flash info : Tout le monde a des hormones, et personne n’aime qu’on les manipule. Même les hommes.

Jetez un coup d’œil à cette étude sur la contraception masculine, qui a été interrompue parce que les participants ne pouvaient pas gérer les effets secondaires de la contraception sur l’acné, la douleur par injection et les troubles émotionnels.

Les femmes acceptent ces mêmes effets secondaires avec leur contraception, même s’ils affectent négativement notre bien-être général.

Mythe 5 : Le sang des règles est du sang sale

Le sang d’époque n’est pas rejeté par les fluides corporels ou la façon dont l’organisme évacue les toxines. Pensez-y comme une sécrétion vaginale évoluée – il y a un peu de sang, de tissu utérin, de muqueuse et de bactéries.

Mais cela ne change rien au fait que nous pouvons ou non avoir des relations sexuelles, et cela ne veut pas dire que les conditions sont loin d’être idéales là-bas.

Le sang menstruel est très différent du sang qui circule continuellement dans les veines. En fait, c’est du sang moins concentré. Il contient moins de cellules sanguines que le sang ordinaire.

Mythe 6 : Seules les femmes ont leurs règles

Toutes les femmes n’ont pas leurs règles et toutes les femmes qui ont leurs règles ne se considèrent pas comme des femmes. Les hommes transgenres peuvent encore avoir leurs règles, tout comme les femmes transgenres peuvent ne pas en avoir.

La menstruation n’est pas toujours une question “féminine”. C’est un problème humain.

Mythe 7 : Les règles sont un problème personnel

Les périodes sont une crise humanitaire. En 2014, les Nations Unies ont déclaré que l’hygiène menstruelle était un problème de santé publique.

De nombreuses personnes n’ont pas accès à l’hygiène, aux ressources et au soutien dont elles ont besoin pour leurs règles. En Inde, les filles manquent l’école 1 à 2 jours par mois à cause de leurs règles, ce qui peut affecter considérablement leur éducation et leur avenir.

Mythe 8 : Les règles sont honteuses

Si nous cessons de penser que les règles sont grossières, honteuses et sales, alors ce ne serait peut-être pas une crise humanitaire. Mais la vérité, c’est que nous avons une longue histoire d’embarras à surmonter. C’est tellement ancré dans notre comportement que le fait d’être blâmée pour avoir nos règles n’aide pas.

Nous ne devrions pas avoir l’impression d’avoir besoin de chuchoter que nous avons besoin d’un tampon ou de cacher un tampon dans notre manche. Les règles ne sortent pas de l’ordinaire, et en parler non plus.

Faisons notre part pour changer ce cycle et abandonner la stigmatisation. Après tout, ce sont les règles et l’équilibre hormonal qui nous aident à rester jeunes !

Sérieusement, les règles font partie de la réponse de notre corps pour ralentir le vieillissement et même réduire nos risques de maladies cardiovasculaires.

Lisez maintenant sept choses que vous devez savoir sur les règles.


Chaunie Brusie, BSN, est une infirmière autorisée ayant de l’expérience dans les domaines du travail et de l’accouchement, des soins intensifs et des soins de longue durée. Elle vit dans le Michigan avec son mari et ses quatre jeunes enfants, et est l’auteur du livre “Tiny Blue Lines”.