Antidépresseur
éléments

Pour certaines personnes, l’utilisation à long terme d’antidépresseurs est nécessaire. Mais d’autres pourraient éventuellement vouloir cesser de prendre leurs médicaments. Cela peut être dû à des effets secondaires indésirables, à un changement de médicament ou simplement au fait qu’ils pensent qu’ils n’en ont plus besoin.

Si vous voulez arrêter de prendre des antidépresseurs, il est important de parler à votre médecin de réduire votre dose à zéro, au lieu d’arrêter brusquement votre traitement. Cela vous aidera à éviter les symptômes de sevrage.

Symptômes
de retrait

Les symptômes et la durée du sevrage peuvent varier d’une personne à l’autre. Chez la plupart des gens, les symptômes sont légers, mais chez d’autres, ils peuvent être plus graves et durer plus longtemps. Les symptômes de sevrage les plus courants sont les suivants :

  • crise économique
  • inquiétude
  • irritabilité
  • sautes d’humeur
  • symptômes semblables à ceux de la grippe, y compris une transpiration excessive, des frissons, des douleurs et des maux de tête
  • nausée ou autres problèmes d’estomac
  • vertige
  • perte d’appétit
  • insomnie
  • des rêves ou des cauchemars intenses
  • jambes sans repos, ou autre manque de contrôle du mouvement, comme les tremblements
  • sensibilité aux sons ou aux bourdonnements dans les oreilles
  • engourdissement ou douleur dans les membres
  • des tremblements de cerveau, qui peuvent donner l’impression d’avoir des chocs électriques à la tête

Retrait
par rapport à l’accoutumance

Le “retrait” de l’ouïe peut vous faire penser à la dépendance ou à l’accoutumance. Cependant, le fait d’avoir des symptômes de sevrage pendant que vous prenez des antidépresseurs ne signifie pas que vous avez une dépendance. Au lieu de cela, les symptômes proviennent du réajustement de votre cerveau après avoir été affecté par vos médicaments.

Bien que tous les antidépresseurs puissent causer des symptômes de sevrage, ils sont particulièrement fréquents lorsqu’ils diminuent :

  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS), comme l’escitalopram (Lexapro), la sertraline (Zoloft) et la paroxétine (Paxil)
  • les inhibiteurs du recaptage de la sérotonine et de la noradrénaline (IRSN), comme la desvenlafaxine (Pristiq), la duloxétine (Cymbalta) et la venlafaxine (Effexor)

Ces médicaments affectent la façon dont votre cerveau utilise certains produits chimiques appelés neurotransmetteurs.

Peu importe l’antidépresseur que vous voulez arrêter de prendre, vous ne devriez pas essayer de le faire de votre propre chef. Discutez toujours avec votre médecin de la meilleure façon de sevrer votre médicament.

Utile
pointes

L’élimination progressive des antidépresseurs peut être difficile. Elle peut provoquer beaucoup d’émotions complexes. En gardant ces conseils à l’esprit, le processus peut se dérouler le plus harmonieusement possible.

Parlez-en d’abord à votre médecin

Discutez toujours avec votre médecin pour savoir si c’est une bonne idée de diminuer la dose de vos médicaments. S’ils sont d’accord que l’amincissement progressif vous convient, ils peuvent vous aider à planifier la meilleure façon de le faire.

Donnez une chance aux antidépresseurs

Les experts recommandent de prendre des antidépresseurs pendant au moins six à neuf mois. Idéalement, vous devriez les prendre pendant au moins six mois après avoir commencé à vous sentir mieux.

Vous voudrez peut-être réduire votre consommation d’antidépresseurs parce que vous vous sentez mieux, mais cela pourrait aussi signifier que le médicament est efficace pour vous. Une diminution progressive trop précoce rend la dépression plus susceptible de réapparaître.

Sachez ce qui affecte votre cône

Le temps que prend votre cône dépend de beaucoup de choses, y compris :

  • le type de médicament que vous prenez, puisque certains prennent plus de temps à quitter votre système que d’autres
  • votre dose actuelle de médicaments, car les doses plus élevées prennent généralement plus de temps à diminuer
  • si vous avez déjà présenté des symptômes à la suite de changements de médication antérieurs, ce qui peut amener votre médecin à vous recommander de réduire graduellement votre dose afin d’essayer de les éviter

Rappelez-vous que l’effilement peut prendre du temps

Prenez votre temps et ne vous découragez pas si votre cône semble prendre beaucoup de temps, ou s’il prend plus de temps que les autres personnes que vous connaissez qui ont effilé leurs médicaments. Chacun est différent et réagit différemment.

Utilisez un calendrier d’humeur

Un calendrier de l’humeur peut vous aider à savoir comment vous vous sentez lorsque vous diminuez. Le suivi de vos humeurs quotidiennes peut vous aider à parler à votre médecin si vous présentez des symptômes de sevrage, et peut vous aider à déterminer si votre dépression revient.

Adoptez de saines habitudes de vie à mesure que vous progressez

Maintenez une alimentation saine, faites de l’exercice régulièrement et réduisez le stress autant que possible. Cela peut non seulement vous aider à réduire votre risque de symptômes de dépression, mais aussi à réduire votre risque de dépression dans l’avenir.

Par exemple, un examen de 25 études a révélé que l’exercice peut aider les gens à gérer leur dépression. L’exercice modéré à vigoureux a été particulièrement utile.

Restez en contact avec votre médecin

Parler à votre médecin de la façon dont vous vous sentez tout au long du processus l’aidera à ajuster les choses, si nécessaire, pour que vous puissiez diminuer progressivement en toute sécurité.

Demandez du soutien à votre famille et à vos amis

L’effilochage peut causer beaucoup d’émotions. Il peut être utile que ceux qui vous entourent vous soutiennent et comprennent ce qui se passe.

Envisagez une thérapie par la parole

Une analyse a montré que seulement 20 pour cent des personnes prenant des antidépresseurs suivent également une psychothérapie. Cependant, une méta-analyse d’études sur les antidépresseurs et la psychothérapie a révélé que le fait de suivre une thérapie par la parole pendant et après l’arrêt des antidépresseurs peut être utile pour prévenir une rechute ou une récidive.

Que vous ayez ou non des symptômes de sevrage au cours de votre sevrage, vous voudrez peut-être ajouter la thérapie par la parole à votre traitement.

Effectuer l’ensemble du processus

Il est important de terminer l’ensemble du processus. Rappelez-vous que votre médecin est là pour vous aider tout le temps. Vous devriez prendre des rendez-vous mensuels pour vérifier les symptômes, ajuster le cône au besoin et vous assurer que vous n’avez pas de rechutes de dépression.

Cône
chronologique

Le temps qu’il faudra pour sevrer votre médicament dépend de votre dose et de la durée de votre traitement. Cela dépend aussi du type de médicament.

Tous les médicaments prennent un certain temps à quitter votre corps puisqu’ils s’accumulent avec le temps. Si vous ressentez des symptômes de sevrage, ils commencent souvent lorsque le médicament est à environ 90 pour cent hors de votre corps. Le tableau ci-dessous indique le temps qu’il faut pour que les antidépresseurs courants quittent votre corps.

Médicament Temps écoulé jusqu’à ce que le médicament sorte à moitié de son corps Temps écoulé jusqu’à ce que le médicament sorte à 99 % de l’organisme.
ISRS
citalopram (Celexa) 36 heures 7,3 jours
escitalopram (Lexapro) 27 à 32 heures 6,1 jours
paroxétine (Paxil) 24 heures 4,4 jours
fluoxétine (Prozac) 4 à 6 jours 25 jours
sertraline (Zoloft) 26 heures 5,4 jours
IRSN
duloxétine (Cymbalta) 12 heures 2,5 jours
venlafaxine (Effexor) 5 heures 1 jour
desvenlafaxine (Pristiq) 12 heures 2,5 jours

A
mise en garde

Étant donné que les changements d’humeur sont des symptômes de sevrage courants, il peut parfois être difficile de dire si vous éprouvez des symptômes de sevrage ou si vous avez une rechute de dépression. Voici quelques façons de faire la différence :

  • Les symptômes de sevrage commencent quelques jours après la diminution de la dose d’antidépresseur ou l’arrêt du traitement. Les symptômes de rechute commencent généralement plus tard, des semaines ou des mois après le début de l’amincissement. Ils se manifestent aussi plus graduellement que les symptômes de sevrage.
  • Le sevrage et la rechute ont des symptômes physiques différents. Par exemple, même si les deux peuvent mener à l’insomnie, le sevrage est beaucoup plus susceptible de causer des symptômes semblables à ceux de la grippe et des étourdissements.
  • Les symptômes de sevrage commencent à disparaître au bout de quelques semaines, à mesure que votre corps s’adapte à vos nouveaux niveaux de neurotransmetteurs. Les symptômes de rechute durent habituellement plus longtemps et peuvent s’aggraver.

Le
ligne du bas

L’arrêt des antidépresseurs peut être une bonne option pour de nombreuses personnes, mais il est important de le faire correctement. La diminution progressive de la dose de vos médicaments peut vous aider à éviter les effets secondaires physiques et mentaux.

N’oubliez pas d’y aller doucement. La réduction progressive prend du temps. Le temps que cela prend varie d’une personne à l’autre, et cela dépendra des médicaments que vous prenez, de la durée de votre traitement et des effets secondaires que vous avez eus dans le passé.

Pendant que vous vous effilez, assurez-vous de conserver de saines habitudes et demandez de l’aide si vous en avez besoin.

La chose la plus importante à faire est de parler à votre médecin de la meilleure façon de sevrer votre antidépresseur. Ils peuvent vous aider à déterminer la vitesse à laquelle vous pouvez diminuer et vous aider à gérer vos symptômes.