Dernières recherches

Il y a de bonnes nouvelles pour les personnes atteintes de fibrillation auriculaire (FA). Des chercheurs du monde entier s’efforcent de découvrir de nouvelles thérapies pour cette maladie qui pourraient vous aider à mener une vie meilleure.

Voici les plus récentes recherches sur la fibrillation auriculaire auriculaire, ainsi qu’une liste de nouveaux médicaments et d’autres approches thérapeutiques qui pourraient voir le jour.

Les femmes et le risque d’AVC

L’American Heart Association a récemment publié une étude dans sa revue Stroke qui révèle que les femmes atteintes de fibrillation auriculaire auriculaire peuvent être plus à risque que les hommes. Ils peuvent aussi avoir des accidents vasculaires cérébraux plus graves.

Les chercheurs ont examiné les données d’un registre autrichien des accidents vasculaires cérébraux dans lequel un tiers des patients étaient atteints de fibrillation auriculaire. La force de course a été évaluée sur une échelle de 1 à 10. Le nombre moyen d’accidents vasculaires cérébraux chez les femmes était de 9, tandis que celui des hommes était de 6.

Qu’est-ce que cela signifie pour les femmes ? Les chercheurs ont conclu que la prévention de l’AVC chez les femmes atteintes de fibrillation auriculaire est extrêmement importante.

Les femmes devraient se concentrer sur les changements de mode de vie pour aider à traiter les affections qui peuvent contribuer à l’AVC. Il s’agit notamment de perdre du poids et de prendre des médicaments anticoagulants pour prévenir la formation de caillots.

Les femmes et
complications

Les femmes peuvent également courir un plus grand risque de complications à la suite d’une intervention courante utilisée pour traiter la fibrillation auriculaire auriculaire. Dans une étude publiée dans le JACC : Électrophysiologie clinique, les chercheurs ont examiné plus de 20 000 patients atteints de FibA qui avaient subi une ablation par cathéter.

Un tiers des patients étaient des femmes qui étaient généralement plus âgées que les hommes et présentaient un risque plus élevé d’AVC. Après l’intervention, les femmes étaient plus susceptibles de retourner à l’hôpital dans un délai d’un an.

D’autre part, l’étude a révélé que les femmes réagissent bien à l’ablation. Ils sont moins susceptibles d’avoir besoin d’une autre ablation pour traiter leur fibrillation auriculaire. Ils sont également moins susceptibles d’avoir besoin d’une cardioversion, un autre traitement pour tenter de rétablir un rythme cardiaque régulier.

Ainsi, bien que les femmes semblent présenter un risque plus élevé de complications dans l’année suivant l’ablation, elles peuvent s’en tirer à bon compte à long terme.

Yoga et fibrillation auriculaire

Frapper une pose de yoga peut avoir le pouvoir d’abaisser votre tension artérielle et de ralentir votre rythme cardiaque. Dans un article publié par l’European Journal of Cardiovascular Nursing, les chercheurs ont assigné un traitement standard ou un traitement standard plus le yoga à 80 patients FIBA.

À la fin de l’étude, les participants à l’étude ont rempli des questionnaires sur leur santé. En plus d’éprouver des bienfaits physiques, ceux qui pratiquaient le yoga avaient des scores de santé mentale plus élevés et rapportaient une meilleure qualité de vie.

Si vous aimeriez incorporer le yoga dans votre routine, renseignez-vous auprès des studios locaux pour connaître les formes qu’ils enseignent. Les participants à cette étude ont fait ce qu’on appelle MediYoga, qui est spécialement conçu pour les personnes souffrant de maladies cardiaques.

Si vous ne trouvez pas de classe dans cette méthode, un enseignant local peut être en mesure de modifier sa classe en fonction de vos besoins.

Anticoagulants

La fibrillation auriculaire augmente considérablement vos chances d’avoir un AVC. Cependant, la prise d’un anticoagulant réduit le risque d’accident vasculaire cérébral en diminuant les risques de formation de caillots sanguins dans le cœur.

Vous connaissez peut-être les nouveaux anticoagulants à action plus courte disponibles en remplacement de la warfarine traditionnelle (Coumadin).

Ces médicaments, appelés anticoagulants oraux sans vitamine K (NOAC), comprennent le rivaroxaban (Xarelto), l’apixaban (Eliquis), le dabigatran (Pradaxa), l’edoxaban (Savaysa).

Ils nécessitent une surveillance beaucoup moins fréquente que la warfarine et peuvent même entraîner moins de saignements à l’intérieur du crâne. Ils ont également beaucoup moins d’interactions médicamenteuses et alimentaires. Pour ces raisons, les NOAC sont maintenant recommandés plutôt que la warfarine pour la plupart des gens.

Les personnes atteintes d’une sténose mitrale modérée à grave ou qui ont une valvule cardiaque artificielle ne devraient pas prendre de NOACs.

Si vous ne prenez actuellement pas d’anticoagulant, songez à consulter votre médecin au sujet de cette option de traitement pour réduire votre risque d’AVC.

Plus récents et
la mise au point de traitements

Vous avez peut-être entendu parler des nouvelles procédures qui pourraient prévenir l’AVC. Des dispositifs tels que le WATCHMAN et le LARIAT peuvent être placés pour bloquer votre appendice auriculaire gauche, où le sang s’accumule et forme des caillots qui peuvent entraîner un AVC.

Les antiplaquettaires comme le clopidogrel (Plavix) peuvent réduire la coagulation sanguine chez les personnes qui ne peuvent pas prendre de warfarine. Ce médicament est actuellement administré pour prévenir la coagulation sanguine soudaine ou imprévisible et d’autres problèmes liés à une crise cardiaque.

Une étude a révélé que les personnes qui prenaient à la fois du clopidogrel et de l’aspirine (Bufferin) réduisaient considérablement leur risque d’AVC. En même temps, cette combinaison de thérapies a augmenté les saignements majeurs, ce qui fait des anticoagulants actuels un meilleur choix pour l’instant.

Des traitements alternatifs allant du ciblage de la fibrillation auriculaire au contrôle du rythme cardiaque en passant par la prévention de la formation de caillots sanguins dans le cerveau sont également en cours de développement.

Par exemple, un médicament appelé dronédarone (Multaq) peut cibler la fréquence et le rythme cardiaques. Au début de la recherche, ce médicament a peut-être réduit le nombre de décès et d’hospitalisations dus à des événements cardiaques par rapport au traitement placebo.

L’individualisation du traitement en fonction de l’ADN de chaque personne est un autre domaine que les chercheurs explorent actuellement.

Le phénotypage des personnes atteintes de fibrillation auriculaire fait l’objet d’un article récent publié par le Journal of Internal Medicine. “Phénotype” est un terme utilisé pour décrire des caractéristiques résultant à la fois du contexte génétique et de l’environnement.

Une fois que le phénotype unique d’une personne est déterminé, les chercheurs proposent d’adapter le traitement en incluant des choix entre le contrôle de la fréquence ou du rythme, différents médicaments et procédures, et la prise en charge des différentes conditions de la personne.

En utilisant cette méthode, les chercheurs croient que les personnes atteintes de fibrillation auriculaire africaine peuvent obtenir de meilleurs résultats avec moins d’effets secondaires et d’autres événements négatifs.

Les médecins et les chercheurs découvrent chaque jour de nouvelles choses pour vous aider à vivre une vie meilleure avec la fibrillation auriculaire auriculaire. Si vous ne vous sentez pas au courant, prenez rendez-vous avec votre médecin pour discuter de l’évolution de la recherche sur la fibrillation auriculaire auriculaire.

Vous pouvez également consulter ClinicalTrials.gov pour savoir s’il existe des études dans votre région.