Le bruit de la circulation est un tueur silencieux pour la santé

En 2011, l’aéroport allemand de Francfort – le plus fréquenté du pays – a inauguré sa quatrième piste. Cet ajout a suscité de grandes protestations et, pendant des années, les manifestants sont revenus à l’aéroport tous les lundis. “Cela détruit ma vie”, a déclaré un manifestant à Reuters en 2012. “Chaque fois que je vais dans mon jardin, tout ce que je peux entendre et voir, ce sont des avions juste au-dessus”.

Le bruit de la circulation est très nocif

La nouvelle piste a également permis de canaliser des dizaines d’avions directement au-dessus de la maison de Thomas Münzel, cardiologue au centre médical universitaire de Mayence. “J’ai vécu près de l’autoroute allemande et près des voies ferrées du centre-ville”, dit-il. “Le bruit des avions est de loin le plus gênant”. Münzel avait lu un rapport de l’Organisation mondiale de la santé de 2009 qui établissait un lien entre le bruit et les problèmes cardiaques, mais les preuves étaient alors minces. En 2011, en partie par souci de sa propre santé, il a réorienté ses recherches pour en savoir plus.

L’exposition à un bruit fort est depuis longtemps liée à une perte d’audition. Mais le vacarme des avions et des voitures ne se limite pas aux oreilles : Le bruit de la circulation est considéré comme un facteur de stress environnemental urbain majeur, après la pollution atmosphérique. Au cours de la dernière décennie, de plus en plus de recherches ont établi un lien plus direct entre le bruit de la circulation aérienne et routière et l’augmentation des risques de maladies cardiovasculaires, et les scientifiques commencent à identifier les mécanismes en jeu.

Les preuves des effets physiologiques du bruit, que ce soit sur les cellules et les organes ou sur des populations entières, “se rassemblent et brossent un tableau du problème”, déclare Mathias Basner, psychiatre et épidémiologiste à l’université de Pennsylvanie et président de la Commission internationale sur les effets biologiques du bruit. Pourtant, ajoute-t-il, peu de gens sont conscients de la gravité de ce que ses collègues appellent un “tueur silencieux”.

Les estimations suggèrent qu’environ un tiers des Américains sont régulièrement exposés à des niveaux de bruit malsains, généralement définis comme commençant à environ 70 à 80 décibels. À titre de comparaison, une conversation normale est d’environ 60 dB, les voitures et les camions de 70 à 90 dB, et les sirènes et les avions peuvent atteindre 120 dB ou plus.

De nombreuses études établissent un lien entre l’exposition chronique au bruit ambiant et un risque accru de troubles cardiaques. Les personnes vivant près de l’aéroport de Francfort, par exemple, ont un risque d’accident vasculaire cérébral jusqu’à 7 % plus élevé que celles vivant dans des quartiers similaires mais plus calmes, selon une étude de 2018 publiée dans Noise & Health qui a examiné les données de santé de plus d’un million de personnes. Une analyse de près de 25 000 décès cardiovasculaires entre 2000 et 2015 parmi les personnes vivant près de l’aéroport de Zurich a révélé une augmentation significative de la mortalité nocturne après le survol d’un avion, en particulier chez les femmes, a rapporté l’année dernière une équipe dans le European Heart Journal.

Alors que les chercheurs étudient la physiologie des conséquences cardiovasculaires du bruit, ils se concentrent sur un coupable : les changements spectaculaires de l’endothélium, la paroi interne des artères et des vaisseaux sanguins. Cette paroi peut passer d’un état sain à un état “activé” et enflammé, avec des ramifications potentiellement graves.

Lorsque le son atteint le cerveau, il active deux régions importantes : le cortex auditif, qui interprète le bruit, et l’amygdale, qui gère les réponses émotionnelles à celui-ci. Lorsque le bruit devient plus fort, et surtout pendant le sommeil, l’amygdale active une réponse au stress, même si la personne n’en est pas consciente.

Une fois amorcée, cette réponse libère dans l’organisme des hormones telles que l’adrénaline et le cortisol. Certaines artères se contractent, d’autres se dilatent. La pression artérielle augmente, et les sucres et les graisses inondent le sang pour une utilisation rapide par les muscles. La réponse en cascade au stress entraîne également la création de molécules nocives qui provoquent un stress oxydatif et une inflammation de la paroi des vaisseaux sanguins. Cet endothélium dysfonctionnel se mêle à la circulation sanguine et affecte de nombreux autres processus qui, lorsqu’ils sont altérés, contribuent à toute une série de maladies cardiovasculaires, notamment l’hypertension artérielle, l’accumulation de plaques dans les artères, l’obésité et le diabète.

Des études sur les humains et les souris montrent que l’endothélium ne fonctionne pas aussi efficacement après seulement quelques jours d’exposition nocturne au bruit d’avion, ce qui suggère que les bruits forts ne sont pas une préoccupation uniquement pour les personnes déjà exposées à des risques de problèmes cardiaques et métaboliques. Selon une étude publiée en 2019 par Münzel et ses collègues de la recherche fondamentale en cardiologie, des adultes en bonne santé, soumis à des enregistrements de trains pendant leur sommeil, ont vu leur fonction vasculaire altérée presque immédiatement.

“Nous avons été surpris que les jeunes, après avoir entendu ces sons pendant une seule nuit, souffrent de dysfonctionnement endothélial”, explique M. Münzel, co-auteur d’une synthèse sur le bruit et la santé cardiovasculaire dans l’Examen annuel de la santé publique 2020. “Nous avons toujours pensé que c’était quelque chose qui prend des années à se développer”.

Alors que les données continuent de s’accumuler, il peut être difficile de démêler les causes et les effets. Il n’est pas facile de mener des expériences sur le sommeil à long terme ou de distinguer les effets du bruit pendant le jour et la nuit, ou les effets du bruit lui-même par rapport aux effets combinés du bruit et de la pollution atmosphérique (qui vont souvent de pair).

Les conséquences du bruit ambiant sont également difficiles à analyser en raison de la nature subjective du son, explique Andreas Xyrichis, un scientifique des services de santé du King’s College de Londres. Xyrichis étudie les unités de soins intensifs des hôpitaux, où la sonnerie des téléphones et le cliquetis des plats de nourriture peuvent être soit réconfortants, soit contrecarrer la guérison, selon le patient. “Nous essayons vraiment de faire cette distinction entre les niveaux de décibels et la perception du bruit”, dit-il.

Malgré les questions qui restent en suspens, on reconnaît de plus en plus les liens entre la pollution sonore et une santé physique réduite. Un rapport publié en 2018 par l’Organisation mondiale de la santé indique que chaque année, les Européens de l’Ouest perdent collectivement plus de 1,6 million d’années de vie en bonne santé à cause du bruit de la circulation. Ce calcul est basé sur le nombre de décès prématurés causés directement par l’exposition au bruit, ainsi que sur le nombre d’années vécues avec une incapacité ou une maladie due au bruit.

Et ce nombre est susceptible d’augmenter : En 2018, 55 % de la population vivait dans des villes, et d’ici 2050, ce chiffre devrait atteindre près de 70 %, selon les estimations des Nations unies.

Certains gouvernements, tenant compte des protestations du public, ont essayé de calmer les clameurs de l’urbanisation en adoptant des interdictions de vol de nuit, en encourageant les technologies plus silencieuses et en infligeant des amendes pour les plaintes relatives au bruit. Les particuliers peuvent s’aider eux-mêmes en veillant à ce que les chambres soient aussi silencieuses que possible : en adaptant les fenêtres, en accrochant des rideaux antibruit ou (s’ils peuvent se le permettre) en déménageant dans des quartiers plus calmes. Selon M. Basner, des solutions moins coûteuses consistent à porter des bouchons d’oreille la nuit ou à déménager les chambres dans une partie plus calme de la maison. Il estime que les gens devraient prendre de telles mesures même s’ils ne se sentent pas particulièrement gênés par le bruit.

“Si vous vivez à Manhattan, vous ne remarquerez pas le bruit au bout d’un certain temps, car c’est normal”, dit-il. “Mais si vous vous y êtes habitué psychologiquement, cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de conséquences négatives sur la santé”.

Retour haut de page