Qu’est-ce que l’euthanasie ?

L’euthanasie consiste à mettre délibérément fin à la vie d’une personne, habituellement pour soulager sa souffrance. Les médecins pratiquent parfois l’euthanasie lorsqu’elle est demandée par des personnes atteintes d’une maladie terminale et qui souffrent beaucoup.

Il s’agit d’un processus complexe qui comporte de nombreux facteurs à prendre en compte. Les lois locales, la santé physique et mentale d’une personne, ses croyances et ses souhaits personnels jouent tous un rôle.

Lisez ce qui suit pour en savoir plus sur les différents types d’euthanasie, quand ils sont utilisés et où ils sont légaux.

Existe-t-il différents types ?

Il existe plusieurs types d’euthanasie. Ce qui est choisi dépend d’une variété de facteurs, y compris le niveau de conscience de quelqu’un.

Suicide assisté vs. euthanasie

Le suicide assisté est parfois appelé suicide assisté par un médecin (PAS). PAS signifie qu’un médecin aide sciemment quelqu’un à mettre fin à sa vie. Cette personne éprouve probablement une souffrance persistante et sans fin. Ils peuvent aussi avoir reçu un diagnostic de maladie en phase terminale. Leur médecin déterminera la méthode la plus efficace et la plus indolore.

Dans beaucoup de les médecins fourniront aux gens un médicament qu’ils pourront prendre pour mettre fin à leur vie. Une dose létale d’opioïdes, par exemple, peut être prescrite à cette fin. En fin de compte, c’est à la personne de décider si elle prend le médicament.

Dans le cas de l’euthanasie, le médecin peut mettre fin à la vie de la personne par des moyens indolores. Par exemple, une injection d’une drogue mortelle peut être utilisée.

Actif vs. passif

Quand la plupart des gens pensent à l’euthanasie, ils pensent à un médecin qui met directement fin à la vie d’une personne. C’est ce qu’on appelle l’euthanasie active. Donner intentionnellement à quelqu’un une dose létale d’un sédatif est considéré comme une euthanasie active.

L’euthanasie passive est parfois décrite comme le fait d’interrompre ou de limiter les traitements essentiels au maintien de la vie pour qu’une personne passe plus rapidement. Un médecin peut aussi prescrire des doses de plus en plus élevées d’analgésiques. Avec le temps, les doses peuvent devenir toxiques.

La distinction entre l’euthanasie passive et les soins palliatifs s’en trouve brouillée. Les soins palliatifs visent à maintenir les gens aussi à l’aise que possible à la fin de leur vie.

Par exemple, un médecin en soins palliatifs pourrait permettre à une personne qui approche de la mort de cesser de prendre un médicament qui cause des effets secondaires désagréables. Dans d’autres cas, ils peuvent permettre à une personne de prendre une dose beaucoup plus élevée d’un analgésique pour traiter une douleur intense. Il s’agit souvent d’un élément standard des bons soins palliatifs. Beaucoup ne le considèrent pas comme de l’euthanasie.

Volontaire ou non volontaire ?

Si une personne prend la décision consciente de demander de l’aide pour mettre fin à ses jours, c’est considéré comme une euthanasie volontaire. La personne doit donner son plein consentement et démontrer qu’elle comprend parfaitement ce qui va se passer.

L’euthanasie non volontaire implique que quelqu’un d’autre prenne la décision de mettre fin à la vie d’une personne. Un membre de la famille proche prend habituellement la décision. C’est généralement le cas lorsqu’une personne est complètement inconsciente ou atteinte d’une incapacité permanente. Il s’agit habituellement d’euthanasie passive, comme le retrait du maintien des fonctions vitales d’une personne qui ne montre aucun signe d’activité cérébrale.

L’euthanasie est-elle légale ?

Depuis des siècles, les gens débattent de l’éthique et de la légalité de l’euthanasie et du PAS. Aujourd’hui, les lois sur l’euthanasie et le PAS diffèrent selon les États et les pays.

Aux États-Unis, le PAS est légal :

  • Washington
  • Oregon
  • Californie
  • Colorado
  • Montana
  • Vermont
  • Washington, D.C.
  • Hawaii (à partir de 2019)

Chacun de ces États et Washington, D.C. ont des exigences juridiques différentes. Tous les cas de SAP ne sont pas légaux. En outre, de nombreux États ont actuellement des mesures PAS sur les bulletins de vote législatif, de sorte que cette liste pourrait s’allonger.

En dehors des États-Unis, le PAS est légal :

  • Suisse
  • Allemagne
  • Japon

L’euthanasie, y compris le PAS, est légale dans plusieurs pays, notamment :

  • les Pays-Bas
  • Belgique
  • luxembourgeois
  • Colombie
  • Canada

Faits sur l’euthanasie

L’euthanasie fait l’objet d’un débat permanent. Il y a eu beaucoup de recherches sur l’opinion des gens à ce sujet et sur la fréquence à laquelle on s’en sert.

Opinions

Un sondage publié en 2013 dans le New England Journal of Medicine a révélé que 65 pour cent des gens dans 74 pays étaient contre le PAS. Aux États-Unis, 67 % des gens étaient contre.

Cependant, une majorité dans 11 des 74 pays a voté en faveur du PAS. De plus, la majorité des électeurs de 18 États américains ont exprimé leur appui au PAS. Washington et l’Oregon, qui avaient légalisé le PAS au moment du scrutin, ne faisaient pas partie de ces 18 États. Cela donne à penser que les opinions sur l’euthanasie et le SAP évoluent rapidement.

En 2017, un sondage Gallup a révélé un important changement d’attitude aux États-Unis. Près des trois quarts des personnes interrogées étaient en faveur de l’euthanasie. Un autre 67 pour cent a déclaré que les médecins devraient être autorisés à aider les patients qui se suicident.

Il est intéressant de noter qu’une étude menée au Royaume-Uni a révélé que la majorité des médecins n’étaient pas en faveur de l’euthanasie volontaire et du PAS. Leur principale objection était fondée sur des questions religieuses.

Prévalence

Dans les pays où c’est légal, un Revue 2016 a trouvé que l’euthanasie est responsable de 0,3 à 4,6 % des décès. Plus de 70 pour cent de ces décès étaient liés au cancer.

L’examen a également révélé qu’à Washington et en Oregon, les médecins prescrivent moins de 1 % des ordonnances pour suicide assisté.

Controverse autour de l’euthanasie

Il existe de nombreux arguments pour et contre l’euthanasie et le PAS. La plupart de ces arguments se répartissent en quatre grandes catégories :

Moralité et religion

Certaines personnes croient que l’euthanasie est un meurtre et la trouvent inacceptable pour des raisons morales. Beaucoup soutiennent aussi que la capacité de décider de sa propre mort affaiblit le caractère sacré de la vie. En outre, de nombreuses églises, groupes religieux et organisations confessionnelles s’opposent à l’euthanasie pour des raisons similaires.

Jugement du médecin

Le PAS n’est légal que si une personne est mentalement capable de faire le choix. Cependant, déterminer les capacités mentales d’une personne n’est pas très simple. Un étude a constaté que les médecins ne sont pas toujours capables de reconnaître quand quelqu’un est apte à prendre la décision.

Éthique

Certains médecins et opposants au PAS s’inquiètent des complications éthiques auxquelles les médecins pourraient être confrontés. Depuis plus de 2 500 ans, les médecins prêtent le serment d’Hippocrate. Ce serment encourage les médecins à soigner et à ne jamais blesser les personnes dont ils ont la charge.

Certains soutiennent que le serment d’Hippocrate soutient le PAS puisqu’il met fin à la souffrance et n’apporte plus de mal. D’un autre côté, il y a un débat qui porte préjudice à la personne et à ses proches, qui doivent regarder leur être cher souffrir.

Choix personnel

La ” mort dans la dignité ” est un mouvement qui encourage les législatures à permettre aux gens de décider comment ils veulent mourir. Certaines personnes ne veulent tout simplement pas passer par un long processus de mort, souvent par souci du fardeau que cela représente pour leurs proches.

Conseils pour prendre une décision

Il est extrêmement difficile de prendre des décisions au sujet du PAS pour soi-même ou pour un être cher, même si tout le monde est tout à fait d’accord.

L’Organisation nationale des soins palliatifs offre de nombreuses ressources gratuites sur son site Web par l’entremise de son programme CaringInfo. Ce programme est conçu pour aider les gens à naviguer dans les questions complexes de fin de vie, depuis les lois de l’État jusqu’à la recherche d’un soutien spirituel.

L’Institut national du vieillissement dispose également de ressources importantes. Ils fournissent des questions importantes à poser et des conseils pour parler aux médecins et à d’autres professionnels de la santé des soins de fin de vie.