Urticaire est le terme médical pour l’urticaire. Ce sont des bosses rougeâtres qui démangent ou des marques sur votre peau. Votre dermatologue peut qualifier les bosses de ” bouffantes “.

Quand les ruches durent plus de six semaines, on les appelle chroniques. Et quand la cause est inconnue, on les appelle idiopathiques.

L’urticaire peut être très inconfortable, perturbant le sommeil et l’activité quotidienne normale.

Avant de classer les ruches comme idiopathiques, votre médecin vérifiera la présence d’une allergie ou d’une infection. Si ni l’un ni l’autre n’en est la cause, il peut s’agir d’urticaire idiopathique. A propos de 75 pour cent des cas d’urticaire sont idiopathiques.

L’urticaire chronique ne pose pas de risque immédiat. Mais l’apparition soudaine d’urticaire peut être le signe d’une réaction allergique qui pourrait entraîner un choc anaphylactique. Il s’agit d’une maladie grave qui peut fermer la gorge et entraîner une strangulation. Utilisez un EpiPen (un dispositif qui injecte de l’épinéphrine) si vous en avez un, et demandez des soins d’urgence immédiatement si cela vous arrive.

Photos d’urticaire idiopathique chronique

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes de l’urticaire idiopathique chronique comprennent :

  • des marques rouges en relief ou enflées sur la peau (urticaire ou papules) qui durent plus de six semaines
  • démangeaisons, parfois sévères
  • enflure des lèvres, des paupières ou de la gorge (œdème de Quincke)

Vos ruches peuvent changer de taille, se faner et réapparaître. La chaleur, l’exercice ou le stress peuvent aggraver vos symptômes.

Quelles en sont les causes et qui est à risque ?

L’urticaire idiopathique chronique n’est pas une allergie et n’est pas contagieuse. C’est probablement causé par une combinaison de facteurs. Il peut s’agir de quelque chose dans l’environnement qui vous irrite, qui irrite votre système immunitaire et votre constitution génétique. Elle peut également être une réponse à une infection bactérienne, fongique ou virale.

L’urticaire idiopathique chronique implique l’activation de votre système immunitaire. Elle affecte également vos hormones nerveuses et les processus de coagulation dans votre sang.

N’importe laquelle de ces choses peut déclencher une flambée d’urticaire :

  • analgésiques
  • infection
  • insectes ou parasites
  • éraflure
  • la chaleur ou le froid
  • insistance
  • lumière du jour
  • faire de l’exercice
  • alcool ou nourriture
  • la pression exercée sur votre peau par des vêtements serrés

Une connexion thyroïdienne

L’urticaire chronique peut être un symptôme d’un problème thyroïdien. C’est plus fréquent chez les femmes.

Dans une étude de personnes souffrant d’urticaire chronique, 12 sur 54 personnes, toutes des femmesavaient des anticorps thyroïdiens (anti-TPO) dans le sang. Sur ces 12 femmes, 10 ont été trouvées atteintes d’hyperthyroïdie et ont été traitées pour cela.

Les anticorps anti-TPO peuvent également indiquer la présence d’une maladie thyroïdienne auto-immune, comme la maladie de Graves ou la maladie de Hashimoto. Votre médecin le recherchera si votre analyse sanguine révèle des taux élevés d’anti-TPO.

Comment la maladie est-elle diagnostiquée ?

Votre médecin vous posera des questions sur vos antécédents médicaux et vous examinera physiquement. Ils peuvent demander une prise de sang et vous référer à un spécialiste pour un test d’allergie.

On vous demandera peut-être de tenir un journal pour noter ce que vous mangez ou buvez, les facteurs environnementaux, où les ruches apparaissent et combien de temps elles durent.

Comment elle est traitée

Les antihistaminiques en vente libre (médicaments contre les allergies) sont habituellement la première ligne de traitement de l’urticaire chronique.

Les antihistaminiques sans somnolence avec peu d’effets secondaires comprennent :

  • cétirizine (Zyrtec)
  • loratadine (Claritin)
  • fexofénadine (Allegra)
  • desloratadine (Clarinex)

Si vos ruches ne s’éclaircissent pas avec les antihistaminiques en vente libre, votre médecin peut essayer un ou plusieurs autres types de traitement, notamment :

  • H2 bloqueurs. Ce sont des médicaments qui bloquent la production d’histamines qui peuvent causer de l’urticaire ou une surproduction d’acides gastriques. Les versions courantes sont la ranitidine (Zantac), la cimétidine (Tagamet HB) et la famotidine (Pepcid).
  • Corticostéroïdes oraux à court terme, comme la prednisone. Ceux-ci sont particulièrement utiles pour réduire l’enflure autour des yeux, des lèvres ou de la gorge (œdème de Quincke) qui peut accompagner l’urticaire.
  • Antidépresseurs, comme la crème de doxépine (Zonalon).
  • Des immunosuppresseurs. Il s’agit notamment de la cyclosporine (Gengraf, Neoral) et du tacrolimus (Astagraft XL, Prograf).
  • Anticorps monoclonaux. L’omalizumab (Xolair) est un nouveau médicament coûteux qui s’est révélé très efficace contre l’urticaire idiopathique chronique. Elle est généralement injectée une fois par mois.

Dans une étude, 83 % des personnes souffrant d’urticaire chronique ont présenté une rémission complète après un traitement par l’omalizumab. Cependant, les symptômes sont réapparus dans les quatre à sept semaines suivant l’arrêt du médicament.

Changements alimentaires à essayer

Les aliments courants qui provoquent des allergies chez certaines personnes comprennent les œufs, les mollusques et crustacés, les arachides et d’autres noix. Les poissons avariés peuvent contenir un taux élevé d’histamines, ce qui peut provoquer de l’urticaire.

Si vous ou votre médecin soupçonnez que les ruches proviennent d’une allergie alimentaire, des tests peuvent être effectués pour vérifier cela. On vous demandera peut-être de tenir un journal de tout ce que vous mangez et buvez.

Additifs alimentaires et acide salicylique (contenu dans l’aspirine) ont été montrées d’amener de l’urticaire chez certaines personnes. On a signalé que l’aspirine et d’autres anti-inflammatoires non stéroïdiens aggravaient les flambées d’urticaire chez les sujets suivants 20 à 30 pourcent de personnes souffrant d’urticaire chronique.

Qu’est-ce que c’est ?

L’urticaire idiopathique chronique est une affection désagréable, mais elle ne met pas la vie en danger. Le traitement avec des antihistaminiques ou d’autres médicaments l’éclaircira habituellement. Mais elle peut réapparaître lorsque le traitement est arrêté.

Vous devriez consulter votre médecin si vous avez un cas grave d’urticaire, ou si elles durent plusieurs jours.