Être gros mais en bonne santé ? Est-ce possible ? Non, selon une étude

Selon de nouvelles recherches, les effets négatifs d’un excès de graisse corporelle sur la santé cardiaque ne peuvent pas être annulés par le maintien d’un mode de vie actif.

Des études précédentes avaient suggéré qu’être en bonne condition physique pouvait atténuer les effets négatifs de la surcharge pondérale sur la santé cardiaque, mais ce n’est pas le cas, selon une nouvelle étude publiée jeudi dans le European Journal of Preventive Cardiology, un journal de la Société européenne de cardiologie (ESC).

On ne peut pas être “gros mais en bonne santé”. Il s’agit de la première analyse nationale à montrer qu’être régulièrement actif n’est pas susceptible d’éliminer les effets néfastes de l’excès de graisse corporelle sur la santé”, a déclaré l’auteur de l’étude, Alejandro Lucia, professeur de physiologie de l’exercice à l’Université européenne de Madrid.

Être gros mais en bonne santé ? Est-ce possible ? Non, selon une étude

Nos conclusions réfutent l’idée qu’un mode de vie physiquement actif puisse complètement annuler les effets délétères du surpoids et de l’obésité“.

Des recherches antérieures ont démontré que les personnes “grosses mais en forme” pouvaient avoir une santé cardiovasculaire similaire à celle des personnes “minces mais en forme”, mais selon Lucia, cela a eu des conséquences imprévues.

“Cela a conduit à des propositions controversées de politiques de santé qui donnent la priorité à l’activité physique et à la forme physique plutôt qu’à la perte de poids”, a-t-il déclaré. “Notre étude a cherché à clarifier les liens entre l’activité, le poids corporel et la santé cardiaque”.

Les chercheurs ont utilisé les données de 527 662 adultes espagnols actifs assurés par une entreprise de prévention des risques professionnels, avec une moyenne d’âge de 42 ans.

Ils ont été répartis en groupes selon le niveau d’activité et en groupes selon le poids corporel : 42% des participants avaient un poids normal, avec un indice de masse corporelle (IMC) de 20-24,9 ; 41% étaient en surpoids, IMC 25-29,9 ; et 18% étaient obèses, IMC 30 ou plus.

Les chercheurs ont ensuite examiné leur santé cardiovasculaire en les classant par catégories : diabète, cholestérol élevé et hypertension artérielle, qui sont tous des facteurs de risque majeurs d’accident vasculaire cérébral et de crise cardiaque.

Après avoir étudié les associations entre l’IMC, le niveau d’activité et les facteurs de risque, les chercheurs ont conclu que tout niveau d’activité signifiait qu’il était moins probable qu’un individu présente l’un de ces trois facteurs de risque que s’il ne faisait pas d’exercice, le risque d’hypertension et de diabète diminuant avec l’augmentation du niveau d’activité.

“Cela nous dit que tout le monde, quel que soit son poids, devrait être physiquement actif pour préserver sa santé”, a déclaré Lucia.

Toutefois, l’étude a montré un risque cardiovasculaire plus élevé pour les participants en surpoids et obèses par rapport à ceux ayant un poids normal, quelle que soit la quantité d’exercice qu’ils ont pratiquée.

Les participants qui étaient obèses et actifs avaient deux fois plus de chances d’avoir un taux de cholestérol élevé, quatre fois plus de chances d’être diabétiques et cinq fois plus de chances d’avoir une pression artérielle élevée que ceux qui avaient un poids normal mais étaient inactifs.

“L’exercice ne semble pas compenser les effets négatifs de l’excès de poids”, a déclaré Lucia. “Cette constatation a également été observée globalement chez les hommes et les femmes lorsqu’ils ont été analysés séparément”.
Lucia a souligné qu’il est “tout aussi important” de lutter contre l’obésité et l’inactivité.

“La perte de poids devrait rester un objectif prioritaire des politiques de santé, au même titre que la promotion de modes de vie actifs”, a-t-il déclaré.

Nous ne savons pas ce qui est venu en premier

Des questions subsistent toutefois quant à la situation des personnes participant à l’étude.

“C’est une étude transversale – tout ce dont nous pouvons parler, ce sont des associations, nous ne pouvons pas parler de causalité”, a déclaré à CNN Michael Pencina, vice-doyen pour les sciences des données et les technologies de l’information à l’école de médecine de l’Université de Duke.

“Parce que c’est une étude transversale, nous ne savons pas ce qui est venu en premier — ce que cette étude ne nous dit pas, c’est si la personne qui est obèse et active, est devenue active quand elle a réalisé qu’elle était obèse, et que ses facteurs de risque étaient élevés ? Ou était-elle active et, malgré cela, est-elle devenue obèse et ses facteurs de risque ont augmenté ? Pencina, qui n’a pas participé à l’étude, a ajouté.

“Ce que nous constatons, c’est que la charge des facteurs de risque augmente selon la catégorie de poids. Les personnes obèses ont la charge la plus élevée de facteurs de risque associés. Cela reste vrai en fonction du niveau d’activité”, a-t-il ajouté.

L’étude s’ajoute à un vaste ensemble de recherches sur le sujet.

Les scientifiques de l’Université d’Oxford ont publié les résultats d’une vaste étude le 12 janvier. L’exercice physique pourrait être encore plus important pour la prévention des maladies cardiovasculaires que ce que l’on savait jusqu’à présent – et plus il y a d’activité, mieux c’est, a révélé le rapport.

Et les chercheurs de la Cleveland Clinic ont publié une étude en janvier 2019 montrant qu’un mode de vie sédentaire est moins bon pour la santé que le tabagisme, le diabète ou les maladies cardiaques.

“Alors que la controverse sur la contribution précise du poids par rapport à l’exercice physique à la santé cardiovasculaire va probablement se poursuivre, pour optimiser la santé et minimiser le risque de maladie cardiovasculaire, les patients devraient faire attention aux deux : maintenir un poids sain et être physiquement actifs”, a déclaré le Dr Anthony Rosenzweig, chef de la division de cardiologie au Massachusetts General Hospital de Boston et professeur de médecine à la Harvard Medical School.

Retour haut de page